Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association Tankanto

Au programme de la journée d’hier visites des deux classes d’alphabétisation de Saré Ousmane et de Hamdallaye Diéga, soit 60 jeunes femmes alphabétisées. Toutes souhaitent parfaire les connaissances pour pouvoir bénéficier d’une bourse d’entreprendre.

 

Elles expriment une forte satisfaction de ce dispositif mais aussi des formations professionnelles en élevage et maraichage.

 

Elles demandent seulement à bénéficier des manuels facilitant l’apprentissage de la lecture et du calcul.

La classe d’alphabétisation de Saré Ousmane a débuté en février jusqu’au mois de juin pour ce cycle de deux ans avec 35 auditrices.

La classe d’alphabétisation de Saré Ousmane a débuté en février jusqu’au mois de juin pour ce cycle de deux ans avec 35 auditrices.

Mamadou fait une démonstration des méthodes d’apprentissage de la lecture et du calcul.

Mamadou fait une démonstration des méthodes d’apprentissage de la lecture et du calcul.

Pour les remercier de leur participation chacune reçoit un crayon en symbole de leur implication.

Pour les remercier de leur participation chacune reçoit un crayon en symbole de leur implication.

Même satisfaction dans la classe d’Hamdallaye Diéga avec 25 auditrices âgées de 18 à 35 ans.

Même satisfaction dans la classe d’Hamdallaye Diéga avec 25 auditrices âgées de 18 à 35 ans.

La déléguée de classe montre toute la dynamique de femmes à prendre en main leur développement.

La déléguée de classe montre toute la dynamique de femmes à prendre en main leur développement.

Audition dans les villages de 8 porteuses de projet en maraichage et en élévage…

Audition dans les villages de 8 porteuses de projet en maraichage et en élévage…

Toutes font preuve d’une grande maturité dans le suivi de l’activité…

Toutes font preuve d’une grande maturité dans le suivi de l’activité…

… et dans l’utilisation des fonds et du remboursement des fonds alloués, comme ici avec Salimata Diamanka de Saré Wallon.

… et dans l’utilisation des fonds et du remboursement des fonds alloués, comme ici avec Salimata Diamanka de Saré Wallon.

Fatoumata, conseillère municipale et membre de la commission des prêts regrettent que qu’autres femmes de plus de 35 ans ne puissent elle aussi bénéficier de cette initiative.

Fatoumata, conseillère municipale et membre de la commission des prêts regrettent que qu’autres femmes de plus de 35 ans ne puissent elle aussi bénéficier de cette initiative.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

 

Hébergé par Overblog