Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association Tankanto

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>

Notre dernière réunion de CA s’est déroulée en visio conférence le samedi 17 avril. Elle nous a permis, entre autres, de faire ensemble le point sur les dernières décisions du programme « Création d’entreprises » et de suivre la dynamique d’accompagnement des cinq  carrés maraîchers gérés avec les groupements de femmes de Tankanto.

L’équipe machecoulaise de l’association s’est retrouvée pour cette occasion.

L’équipe machecoulaise de l’association s’est retrouvée pour cette occasion.

Voir les commentaires

En cette période de forte chaleur à Tankanto, les récoltes vont bon train. Issa nous envoie un petit compte-rendu d’activités en photo et vidéo dans ce carré maraicher nouvellement créé.

« La semaine passée à Marakissa, les récoltes d’oignons ont débuté ».

 

 

 

«Des membres du groupement féminin de Marakissa se réjouissant de la bonne récolte d’oignons le 7 avril dernier».

« Après l'arrêt de l'arrosage, nous avons conseillé aux maraîchères d'attendre une semaine pour déterrer les pommes  de terre. La chaleur torride qu'il fait actuellement, 42 à 43 degrés, a causé des dégâts. En effet, le réchauffement du sol a détérioré, voire cuit beaucoup de pommes de terre.

Nous avons avec elles discuté du changement climatique qui est une réalité observée partout. A nous de jouer notre partition par l'éducation et la sensibilisation ».

Mamoudou Sané animateur se désole des dégâts causés par la chaleur aux cultures de pommes de terre.

 

« Des planches de semis de citronniers ont été réalisées pour développer l’arboriculture fruitière et installer une clôture végétale tout autour du carré maraicher ».

Suivi de la germination des citronniers en pépinière.

 

Voir les commentaires

Amadou SOW est l’un des jeunes soutenu par notre association cette année dans la création et le développement de son entreprise de transport en moyen d’un tricycle. Issa nous en dit un peu plus sur ce projet original.

 

"Le tricycle est un moyen de locomotion très adapté à nos routes et pistes rurales. Il a fait son apparition dans la région de Kolda, il y a seulement trois ans voir quatre ans dans le grand marché hebdomadaire et sous régional de Diabé sur la route de la région de Tambacounda à l’est de Kolda.

Les chinois et les Indiens ont facilité leur vulgarisation dans le pays. Avec un tricycle, le transport des personnes et des marchandises est assuré par un conducteur. Dans la zone où habite Amadou, Saré Demba,  il y a deux tricycles qui assurent les liaisons entre villages et entre les marchés hebdomadaires de Saré Yoba tous les jeudis à 10 km de Saré Demba ou Tomataba tous les dimanches à 8 km de Saré Demba

Les prix de transport sont ici fixés selon les distances et surtout l’état des pistes. Par exemple du village d’ Amadou SOW à Saré Yoba chaque client paye 300 Francs CFA, alors que pour aller à Tomataba il faut débourser 700 Francs pour l’aller seulement car la piste est mauvaise.

Celui qui achète un tricycle à 1 150000 Francs ou un peu plus selon le modèle peut le confier à un conducteur moyennant  un versement journalier de 5000 Francs. Dans les 7 jours de la semaine,  six sont pour le propriétaire et la seule journée du dimanche appartient  au conducteur. Si ce dernier gagne plus de 5000Francs le surplus est pour lui.

Il y a des locations qui se discutent, de même que le transport de certaines marchandises. Notons enfin qu’un tricycle peut transporter jusqu’à une tonne de marchandises.

Il peut prendre entre 6 ou 7 passagers car disposant d’un châssis pour transport divers. C’est le conducteur qui assure le carburant pour le fonctionnement de l’engin. D’autres dépenses d’entretien sont quelque fois partagées avec l’employeur. Il n’y a pas de restriction pour les destinations.

Avec une bonne gestion et un bon entretien de l’engin, l’employeur et le conducteur y gagnent. Voilà pourquoi Amadou SOW tient à acheter un tricycle. Avec la formation et le suivi cette entreprise de transport peut d’avantage prospérer".

Dans ce cadre Amadou bénéficiera d’un parrainage d’un chef d’entreprise senior, M. Déta KANTÉ, couturier.

Amadou Sow et son tricycle

Amadou Sow et son tricycle

Merci à Élise pour la retranscription écrite du message d’Issa.

Voir les commentaires

Ce carré maraicher est le 5ème de la zone de Tankanto à être accompagné par notre association. D’ailleurs, en décembre dernier,  l’ensemble des femmes de ce village ont bénéficié d’une formation sur les  techniques maraichères.

Le moment de la récolte arrive et s’annonce prometteuse.« Avant Noirmoutier, les populations de Marakissa commencent pour la première fois à déguster les pommes de terre nouvelles produites ici »  nous rapporte Issa avec une pointe d’humour, « dans ce village tous ne croyait pas dans ce projet mais la réalité est là… »

A Marakissa, où l’élevage domine, la pratique du maraîchage à grande échelle n’était pas dans leurs habitudes.

Le carré maraicher de « Marakissa » en plein développement
Le carré maraicher de « Marakissa » en plein développement

Voir les commentaires

Le comité de sélection des porteurs de projets s’est réuni le 24 février dernier pour choisir les candidats à la création ou au développement d’entreprise.

Ce comité, formé de Ghansou DIAMBANG, formateur en entrepreneuriat, Mamadou M’BAYE et Abdoulaye DIAKHITÉ, chefs d’entreprises, a ainsi reçu sept candidatures dont deux féminines.

Les candidats ont été jugés sur les points suivants :

  • Pertinence du projet ;
  • Potentiel de succès ;
  • Prise en compte de la dimension « genre » ;
  • Durabilité et emplois susceptibles d’être créés ;
  • Prise en compte de la dimension handicap ;
  • Niveau de maitrise de l’activité...

Ont été ainsi retenus pour cette 4ème promotion du programme les candidats suivants : Mme Awa DIA, couture et mercerie ; Mr Famara  SANE, artisanat, fabrication de ruches;  Mr Bouba BALDE, aviculture ; Boubacar BALDÉ, pêche ;  Mr Amadou SOW, transport par tricycle (nous y reviendrons).

Ensemble ces porteurs de projet recevront et pour 2 ans un prêt d’honneur (Au total 810000 F CFA). Chacun d’entre eux sera parrainé par un chef d’entreprise local. De plus, ils bénéficieront de formations à la gestion et d’un accompagnement des permanents de notre association sur place.

 

Le comité lors de l'entretien avec les candidats à la création d'entreprise à la mairie de Tankanto.

Le comité lors de l'entretien avec les candidats à la création d'entreprise à la mairie de Tankanto.

Un grand merci à Issa et à Yves pour le suivi de ce programme et l’animation des comités en Haute Casamance et en Pays de la Loire.

Voir les commentaires

Chaque année nous tenons à informer mécènes et partenaires de l’avancée du programme « accompagnement à la création d’entreprise» que nous menons dans la zone de Kolda depuis plus de trois années.

Amis financeurs et mécènes, votre contribution prend tout son sens sur le terrain. Avec vous, nous poursuivons cette action, agissant ainsi sur le développement local et apportons, à notre mesure, pour ces jeunes femmes et hommes la possibilité de vivre dignement au pays.

En voici le numéro 8.

Bonne lecture.

 

Voir les commentaires

La deuxième partie du Conseil d’administration du 6 février a permis de faire un point complet sur ce programme.

Présentation :

Œuvrant depuis 20 ans sur ce territoire nous avons constaté que l’un des remèdes à la tentation d’émigration est la possibilité économique de vivre au pays. Parmi les différentes pistes, celle permettant de créer sa propre activité est fréquemment choisie par les populations avec plus ou moins de succès. Nous pratiquons depuis longtemps l’apport de micro crédits permettant ainsi le démarrage d’activités agricoles et d’artisanat.

 

En 2018 nous avons pris la décision de mettre en place un dispositif d’accompagnement à la création d’entreprise en ciblant des créateurs qui ont un projet précis ou qui ont déjà mené à bien un démarrage de leur activité. Ils doivent être en mesure de démontrer qu’avec un accompagnement financier et humain ils pourront accélérer leur développement tout en lui donnant plus de chances de réussite.

Afin de maitriser la mise en place de ce dispositif nous avons limité notre soutien à 5 porteurs de projets par an dans un premier temps.

Le dispositif :

  • Une aide à la préparation et à la présentation du projet
  • Un passage devant une commission composée de chefs d’entreprises du territoire
  • Un prêt à taux 0 consenti sur 2 ans pour les porteurs de projet sélectionnés
  • Un parrainage par un ou une chef (fe) d’entreprise expérimenté du territoire pendant la durée de remboursement du prêt.
  • Un suivi rapproché par nos partenaires sur place.

Afin de permettre le recrutement de parrains bénévoles, nous travaillons depuis 3 ans en lien avec la chambre des métiers de Kolda.

L’objectif étant que l’ensemble de ce dispositif soit progressivement entièrement maitrisé par les acteurs locaux.

Afin de financer les prêts d’honneur et le fonctionnement de ce projet, un appel au mécénat a été réalisé avec succès auprès de dirigeants d’entreprises en Sarthe et Loire Atlantique.

Le département de la Sarthe est également partenaire de cette action.

 

Deta Kanté, couturier, du village de Sibikaranto ici au milieu des ses 3 apprentis, bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est beaucoup développée, a remboursé tous ses prêts

Deta Kanté, couturier, du village de Sibikaranto ici au milieu des ses 3 apprentis, bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est beaucoup développée, a remboursé tous ses prêts

Famara Mandiang, le menuiser de Némataba Manding bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est un peu ralentie en 2020 avec la pandémie a obtenu une dérogation de 6 mois pour rembourser l’intégralité des prêts d’honneur.

Famara Mandiang, le menuiser de Némataba Manding bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est un peu ralentie en 2020 avec la pandémie a obtenu une dérogation de 6 mois pour rembourser l’intégralité des prêts d’honneur.

Le bilan après 3 ans de fonctionnement :

15 porteurs ont été sélectionnés et accompagnés. Ils sont composés de femmes et d’hommes du territoire rural de Tankanto et de Kolda. Leurs activités sont : Couturiers, boulangers, coiffeuses, commerçants, mécaniciens et mécanicienne, éleveurs, pêcheurs, menuisiers , mareyeur  …

Sur ces 15 porteurs 1 n’a pas poursuivi son activité suite à plusieurs décès dans sa proche famille et 1 est décédé lors d’un accident. Les 13 porteurs actuellement en activité voient leur entreprise se développer et remboursent leur prêt. Certains ont été affectés par la pandémie leur créant des difficultés d’approvisionnement et le ralentissement de la demande de leurs clients.

Le parrainage fonctionne correctement et parmi les premiers porteurs de projets accompagnés, l’enthousiasme suscité incite certains à devenir parrains à leur tour. « On m’a aidé, je vais aider ».

Les prêts ont permis l’achat de matière première, la constructions de locaux, le développement d’activités complémentaires à l’activité de base telle que la vente de lubrifiant pour la mécanicienne, des tresses ou mèches pour la coiffeuse… Certains ont diversifiés leur activité afin d’être moins dépendants. Plusieurs se sont entourés d’apprentis.

Les porteurs de projets sont fortement incités à adhérer à la chambre consulaire se rapportant à leur activité et à se former. Ils sont également incités à ouvrir un compte en banque.

Concernant la commission d’agrément des projets, elle est maintenant autonome et présidée par Mamadou MBaye (chef d’entreprise de Kolda). Les fiches d’évaluations des porteurs ont été réalisées par les membres de la commission. Issa Mané et Mamoudou Sané assurent le suivi des porteurs de projets. Les relevés de chiffre d’affaire sont réalisés régulièrement et transmis à l’association chaque année (parfois tous les 6 mois).

La Chambre des métiers soutien cette action en mobilisant des chefs d’entreprises qui ont compris le sens du parrainage et qui y participe. Tous les prêts octroyés en 2018 ont été remboursés par les porteurs en activité. 2 Porteurs accompagnés en 2019 ainsi que 2 en 2020 ont bénéficié d’un délai complémentaire de quelques semaines en raison de la situation sanitaire.

Mansata Diassy, coiffeuse à Kolda, bénéficiaire en 2020, ici avec son apprenti, a été parrainé par Aissatou Diallo

Mansata Diassy, coiffeuse à Kolda, bénéficiaire en 2020, ici avec son apprenti, a été parrainé par Aissatou Diallo

Constat global à 3 ans :

Ce dispositif est un succès grâce à l’implication de tous les acteurs locaux qui en 3 ans se sont approprié son fonctionnement. Le nombre de créateurs accompagnés chaque année pourra se développer.

Un point de progrès : la préparation du dossier présenté par chaque créateur pourra être de mieux en mieux préparé afin que la demande de prêt soit bien en phase avec le développement l’activité.

Hassana Baldé, éleveur de poulets à Temento Sonkel, bénéficiaire en 2020, grâce à son énergie et l’appui de son parrain Mamadou Mbaye, a développé son activité et débuté le remboursement de ses prêts.

Hassana Baldé, éleveur de poulets à Temento Sonkel, bénéficiaire en 2020, grâce à son énergie et l’appui de son parrain Mamadou Mbaye, a développé son activité et débuté le remboursement de ses prêts.

Voir les commentaires

Le Conseil d’Administration de samedi dernier a permis de dresser les bilans des programmes en cours et de programmer les actions 2021.

5 carrés maraichers sont désormais opérationnels sur la zone de Tankanto et les actions de défrichage, de formation et d’octroi de semis ont permis de faire démarrer la campagne maraichage tôt. 


Ce CA a permis également de valider les axes du programme « consolidation des périmètres maraichers de Tankanto gérés par les groupements féminins » en 2021-2022 à savoir :


•    Sur l’alphabétisation :
Mise en place d’une 3ème année de formation pour les femmes de  Saré Youssouf afin de  finir l’accompagnement et compenser la formation réalisée partiellement la 2ème année.


•    Sur l’accompagnement des carrés maraichers :

  • Développement de la formation sur les techniques en maraichage pour des groupes de femmes ; 
  • Poursuite de la formation des femmes « relais-maraichage » sur la gestion des périmètres et la planification des activités ; 
  • Approfondissement de la gestion économique et financière de chaque carré maraicher avec chacun des groupements ;
  • Formation à la démocratie et à la prise de responsabilités au sein des groupements des productrices.

•    Sur l’aide au fonctionnement

  • A la demande des groupements de femmes un bon achat de semences de 50000 FCFA sera reconduit pour chacun des 5 carrés maraichers ; 
  • Etude de l’implantation de haies de citronniers et anacardiers pour consolider les clôtures et développer l’agroforesterie et l’arboriculture fruitière ;  
  • Etude de la mise en place d’un accompagnement à la maintenance des systèmes d’irrigation et d’appui logistique aux groupements de productrices, projet à travailler avec l’ONG FODDE de Kolda.

C’est sur ces bases que nous souhaitons renouveler notre partenariat le Conseil Départemental de Loire-Atlantique et de la municipalité de Machecoul qui nous accompagnent  et nous appuient dans cette démarche.


Sur l’axe « accompagnement et suivi des porteurs de projets de création d’entreprise » le CA s’est félicité du respect des échéances de remboursement de la grande majorité des 15 bénéficiaires sur les 3 dernières années et de la dynamique de parrainage organisé par le réseau des chefs d’entreprise de la région de Kolda. De plus cette année, ces derniers prennent en charge, avec l’appui d’Issa, l’intégralité du processus de sélection et d’accompagnement des 5 nouveaux porteurs de projet.

Nous y reviendrons dans un prochain article.

Un dernier CA  à distance.

Voir les commentaires

Lundi dernier l’équipe machecoulaise de l’association a été reçue par Laurent ROBIN, maire de Machecoul-St Même, avec deux de ses adjoints.

Le bilan du travail effectué du programme sur les jardins maraichers pour lequel la municipalité de Machecoul est partenaire a trouvé un bon écho auprès des élus.

Une demande de subvention est en cours pour appuyer le programme 2021 2022 autour de la consolidation des carrés maraichers portés par les groupements des femmes de Tankanto-Escale.

Au-delà  de l’appui à ce projet nous avons souhaité signer une convention ensemble afin de s’insuffler sur le territoire communal des actions d’éducation au développement et favoriser également des échanges culturels et sociaux entre ici et là-bas.

 

Laurent Robin, maire

Laurent Robin, maire

Ouest-France du 20 janvier 2021

Ouest-France du 20 janvier 2021

Voir les commentaires

Très bonne année 2021 à tous les bénévoles, permanents, amis et partenaires de l'association Tankanto.

L'équipe de femmes du carré maraicher du village de Marakissa à Tankanto-Escale

L'équipe de femmes du carré maraicher du village de Marakissa à Tankanto-Escale

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>
Haut

 

Archives

Hébergé par Overblog