Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association Tankanto

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>

Chaque année nous tenons à informer mécènes et partenaires de l’avancée du programme « accompagnement à la création d’entreprise» que nous menons dans la zone de Kolda depuis plus de trois années.

Amis financeurs et mécènes, votre contribution prend tout son sens sur le terrain. Avec vous, nous poursuivons cette action, agissant ainsi sur le développement local et apportons, à notre mesure, pour ces jeunes femmes et hommes la possibilité de vivre dignement au pays.

En voici le numéro 8.

Bonne lecture.

 

Voir les commentaires

La deuxième partie du Conseil d’administration du 6 février a permis de faire un point complet sur ce programme.

Présentation :

Œuvrant depuis 20 ans sur ce territoire nous avons constaté que l’un des remèdes à la tentation d’émigration est la possibilité économique de vivre au pays. Parmi les différentes pistes, celle permettant de créer sa propre activité est fréquemment choisie par les populations avec plus ou moins de succès. Nous pratiquons depuis longtemps l’apport de micro crédits permettant ainsi le démarrage d’activités agricoles et d’artisanat.

 

En 2018 nous avons pris la décision de mettre en place un dispositif d’accompagnement à la création d’entreprise en ciblant des créateurs qui ont un projet précis ou qui ont déjà mené à bien un démarrage de leur activité. Ils doivent être en mesure de démontrer qu’avec un accompagnement financier et humain ils pourront accélérer leur développement tout en lui donnant plus de chances de réussite.

Afin de maitriser la mise en place de ce dispositif nous avons limité notre soutien à 5 porteurs de projets par an dans un premier temps.

Le dispositif :

  • Une aide à la préparation et à la présentation du projet
  • Un passage devant une commission composée de chefs d’entreprises du territoire
  • Un prêt à taux 0 consenti sur 2 ans pour les porteurs de projet sélectionnés
  • Un parrainage par un ou une chef (fe) d’entreprise expérimenté du territoire pendant la durée de remboursement du prêt.
  • Un suivi rapproché par nos partenaires sur place.

Afin de permettre le recrutement de parrains bénévoles, nous travaillons depuis 3 ans en lien avec la chambre des métiers de Kolda.

L’objectif étant que l’ensemble de ce dispositif soit progressivement entièrement maitrisé par les acteurs locaux.

Afin de financer les prêts d’honneur et le fonctionnement de ce projet, un appel au mécénat a été réalisé avec succès auprès de dirigeants d’entreprises en Sarthe et Loire Atlantique.

Le département de la Sarthe est également partenaire de cette action.

 

Deta Kanté, couturier, du village de Sibikaranto ici au milieu des ses 3 apprentis, bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est beaucoup développée, a remboursé tous ses prêts

Deta Kanté, couturier, du village de Sibikaranto ici au milieu des ses 3 apprentis, bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est beaucoup développée, a remboursé tous ses prêts

Famara Mandiang, le menuiser de Némataba Manding bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est un peu ralentie en 2020 avec la pandémie a obtenu une dérogation de 6 mois pour rembourser l’intégralité des prêts d’honneur.

Famara Mandiang, le menuiser de Némataba Manding bénéficiaire en 2019, dont l’activité s’est un peu ralentie en 2020 avec la pandémie a obtenu une dérogation de 6 mois pour rembourser l’intégralité des prêts d’honneur.

Le bilan après 3 ans de fonctionnement :

15 porteurs ont été sélectionnés et accompagnés. Ils sont composés de femmes et d’hommes du territoire rural de Tankanto et de Kolda. Leurs activités sont : Couturiers, boulangers, coiffeuses, commerçants, mécaniciens et mécanicienne, éleveurs, pêcheurs, menuisiers , mareyeur  …

Sur ces 15 porteurs 1 n’a pas poursuivi son activité suite à plusieurs décès dans sa proche famille et 1 est décédé lors d’un accident. Les 13 porteurs actuellement en activité voient leur entreprise se développer et remboursent leur prêt. Certains ont été affectés par la pandémie leur créant des difficultés d’approvisionnement et le ralentissement de la demande de leurs clients.

Le parrainage fonctionne correctement et parmi les premiers porteurs de projets accompagnés, l’enthousiasme suscité incite certains à devenir parrains à leur tour. « On m’a aidé, je vais aider ».

Les prêts ont permis l’achat de matière première, la constructions de locaux, le développement d’activités complémentaires à l’activité de base telle que la vente de lubrifiant pour la mécanicienne, des tresses ou mèches pour la coiffeuse… Certains ont diversifiés leur activité afin d’être moins dépendants. Plusieurs se sont entourés d’apprentis.

Les porteurs de projets sont fortement incités à adhérer à la chambre consulaire se rapportant à leur activité et à se former. Ils sont également incités à ouvrir un compte en banque.

Concernant la commission d’agrément des projets, elle est maintenant autonome et présidée par Mamadou MBaye (chef d’entreprise de Kolda). Les fiches d’évaluations des porteurs ont été réalisées par les membres de la commission. Issa Mané et Mamoudou Sané assurent le suivi des porteurs de projets. Les relevés de chiffre d’affaire sont réalisés régulièrement et transmis à l’association chaque année (parfois tous les 6 mois).

La Chambre des métiers soutien cette action en mobilisant des chefs d’entreprises qui ont compris le sens du parrainage et qui y participe. Tous les prêts octroyés en 2018 ont été remboursés par les porteurs en activité. 2 Porteurs accompagnés en 2019 ainsi que 2 en 2020 ont bénéficié d’un délai complémentaire de quelques semaines en raison de la situation sanitaire.

Mansata Diassy, coiffeuse à Kolda, bénéficiaire en 2020, ici avec son apprenti, a été parrainé par Aissatou Diallo

Mansata Diassy, coiffeuse à Kolda, bénéficiaire en 2020, ici avec son apprenti, a été parrainé par Aissatou Diallo

Constat global à 3 ans :

Ce dispositif est un succès grâce à l’implication de tous les acteurs locaux qui en 3 ans se sont approprié son fonctionnement. Le nombre de créateurs accompagnés chaque année pourra se développer.

Un point de progrès : la préparation du dossier présenté par chaque créateur pourra être de mieux en mieux préparé afin que la demande de prêt soit bien en phase avec le développement l’activité.

Hassana Baldé, éleveur de poulets à Temento Sonkel, bénéficiaire en 2020, grâce à son énergie et l’appui de son parrain Mamadou Mbaye, a développé son activité et débuté le remboursement de ses prêts.

Hassana Baldé, éleveur de poulets à Temento Sonkel, bénéficiaire en 2020, grâce à son énergie et l’appui de son parrain Mamadou Mbaye, a développé son activité et débuté le remboursement de ses prêts.

Voir les commentaires

Le Conseil d’Administration de samedi dernier a permis de dresser les bilans des programmes en cours et de programmer les actions 2021.

5 carrés maraichers sont désormais opérationnels sur la zone de Tankanto et les actions de défrichage, de formation et d’octroi de semis ont permis de faire démarrer la campagne maraichage tôt. 


Ce CA a permis également de valider les axes du programme « consolidation des périmètres maraichers de Tankanto gérés par les groupements féminins » en 2021-2022 à savoir :


•    Sur l’alphabétisation :
Mise en place d’une 3ème année de formation pour les femmes de  Saré Youssouf afin de  finir l’accompagnement et compenser la formation réalisée partiellement la 2ème année.


•    Sur l’accompagnement des carrés maraichers :

  • Développement de la formation sur les techniques en maraichage pour des groupes de femmes ; 
  • Poursuite de la formation des femmes « relais-maraichage » sur la gestion des périmètres et la planification des activités ; 
  • Approfondissement de la gestion économique et financière de chaque carré maraicher avec chacun des groupements ;
  • Formation à la démocratie et à la prise de responsabilités au sein des groupements des productrices.

•    Sur l’aide au fonctionnement

  • A la demande des groupements de femmes un bon achat de semences de 50000 FCFA sera reconduit pour chacun des 5 carrés maraichers ; 
  • Etude de l’implantation de haies de citronniers et anacardiers pour consolider les clôtures et développer l’agroforesterie et l’arboriculture fruitière ;  
  • Etude de la mise en place d’un accompagnement à la maintenance des systèmes d’irrigation et d’appui logistique aux groupements de productrices, projet à travailler avec l’ONG FODDE de Kolda.

C’est sur ces bases que nous souhaitons renouveler notre partenariat le Conseil Départemental de Loire-Atlantique et de la municipalité de Machecoul qui nous accompagnent  et nous appuient dans cette démarche.


Sur l’axe « accompagnement et suivi des porteurs de projets de création d’entreprise » le CA s’est félicité du respect des échéances de remboursement de la grande majorité des 15 bénéficiaires sur les 3 dernières années et de la dynamique de parrainage organisé par le réseau des chefs d’entreprise de la région de Kolda. De plus cette année, ces derniers prennent en charge, avec l’appui d’Issa, l’intégralité du processus de sélection et d’accompagnement des 5 nouveaux porteurs de projet.

Nous y reviendrons dans un prochain article.

Un dernier CA  à distance.

Voir les commentaires

Lundi dernier l’équipe machecoulaise de l’association a été reçue par Laurent ROBIN, maire de Machecoul-St Même, avec deux de ses adjoints.

Le bilan du travail effectué du programme sur les jardins maraichers pour lequel la municipalité de Machecoul est partenaire a trouvé un bon écho auprès des élus.

Une demande de subvention est en cours pour appuyer le programme 2021 2022 autour de la consolidation des carrés maraichers portés par les groupements des femmes de Tankanto-Escale.

Au-delà  de l’appui à ce projet nous avons souhaité signer une convention ensemble afin de s’insuffler sur le territoire communal des actions d’éducation au développement et favoriser également des échanges culturels et sociaux entre ici et là-bas.

 

Laurent Robin, maire

Laurent Robin, maire

Ouest-France du 20 janvier 2021

Ouest-France du 20 janvier 2021

Voir les commentaires

Très bonne année 2021 à tous les bénévoles, permanents, amis et partenaires de l'association Tankanto.

L'équipe de femmes du carré maraicher du village de Marakissa à Tankanto-Escale

L'équipe de femmes du carré maraicher du village de Marakissa à Tankanto-Escale

Voir les commentaires

Suite aux visites de terrain, l’association a appuyé les cinq carrés maraichers pour leur permettre d’acheter des graines au tout début de la saison maraichère qui vient de débuter. Sont concernés les villages et les groupements de femmes de Boussoura,  Saré Youssouph, Saré Demba Soukary, et Marakissa.

Les groupements de Boussoura, Sinthiou Boukhoum, Saré Youssouph, Saré Demba Soukary et  Marakissa
Les groupements de Boussoura, Sinthiou Boukhoum, Saré Youssouph, Saré Demba Soukary et  Marakissa
Les groupements de Boussoura, Sinthiou Boukhoum, Saré Youssouph, Saré Demba Soukary et  Marakissa
Les groupements de Boussoura, Sinthiou Boukhoum, Saré Youssouph, Saré Demba Soukary et  Marakissa
Les groupements de Boussoura, Sinthiou Boukhoum, Saré Youssouph, Saré Demba Soukary et  Marakissa

Les groupements de Boussoura, Sinthiou Boukhoum, Saré Youssouph, Saré Demba Soukary et Marakissa

La semaine passée, Issa et Mamadou, ont organisé une séance de formation de trois jours aux techniques maraichères  dans le village de Marakissa, le cinquième et dernier carré maraicher à avoir été créé au sein de la communauté rurale de Tankanto-Escale.

Retournement du terrain, enrichissement du sol, confection des planches avec Mamadou, techniques de semis et les explications d’Issa
Retournement du terrain, enrichissement du sol, confection des planches avec Mamadou, techniques de semis et les explications d’Issa
Retournement du terrain, enrichissement du sol, confection des planches avec Mamadou, techniques de semis et les explications d’Issa
Retournement du terrain, enrichissement du sol, confection des planches avec Mamadou, techniques de semis et les explications d’Issa
Retournement du terrain, enrichissement du sol, confection des planches avec Mamadou, techniques de semis et les explications d’Issa

Retournement du terrain, enrichissement du sol, confection des planches avec Mamadou, techniques de semis et les explications d’Issa

Voir les commentaires

La semaine passée Issa et Mamadou ont accompagné les autorités locales de Tankanto-Escale afin de faire le point sur les cinq  carrés maraichers opérationnels sur la commune avec les représentantes des groupements féminins.

 

Les femmes très occupées dans les rizières n’ont pas encore fini de nettoyer et de désherber toutes les aires de cultures.

 

Lors de ces rencontres les femmes ont sollicité le maire (et le représentant du P2RS) pour que la remise en état des pompes soit effective au plus vite désormais car  le système d’irrigation est défaillant dans 2 périmètres maraichers sur 5 ; Pas de problème en revanche à Sinthiou Bakoum, Saré Youssouph et depuis peu Marakissa même si la maintenance laisse à désirer comme l’ont rappelé les responsables des groupements de femmes.

 

La campagne va pouvoir commencer car  notre association vient d’acheter des graines pour chaque groupement local  de femmes (voir signature de la convention le mois dernier) puisse faire au plus vite les semis avec l'appui de la formation nécessaire.

La délégation en visite dans les carrés maraichers de Boussoura

La délégation en visite dans les carrés maraichers de Boussoura

Youmou Diamanka, présidente du groupement féminin de Saré Youssouph expose à la délégation les problèmes rencontrés.

Youmou Diamanka, présidente du groupement féminin de Saré Youssouph expose à la délégation les problèmes rencontrés.

Le carré maraicher de Saré Demba Soukary en cours de nettoyage avec quelques pastèques de la saison des pluies.

Le carré maraicher de Saré Demba Soukary en cours de nettoyage avec quelques pastèques de la saison des pluies.

Le périmètre de Sinthiou Boukhoum est déjà très opérationnel avec la mise en place quelques planches culturales.

Le périmètre de Sinthiou Boukhoum est déjà très opérationnel avec la mise en place quelques planches culturales.

Voir les commentaires

Dix jeunes hommes ou femmes porteurs de projets ont obtenu en octobre dernier une bourse d’activité de 50000 FCFA pour leur permettre de mener à bien leur projet. Depuis plus de 7 ans ce sont plus de 250 jeunes qui ont bénéficié de cet appui. Le remboursement (actuellement à hauteur de 90%) de ces prêts d’honneur d’une durée d’un an permet d’aider ensuite d’autres jeunes porteurs d’un micro projet de développement économique.

Diénabou Baldé du village de Sinthia Hassana (dans le Diega) a bénéficié de cette aide pour ouvrir un café.

 

Cette année à nouveau, grâce à l’appui de la commission de l’association animée par Yves Bouttier, le comité local  de sélection des projets composé de chefs d’entreprises de la région de Kolda se  réunira dès début janvier pour sélectionner 5 à 7 projets de jeunes désirant créer ou développer leur entreprise. Chaque jeune bénéficiera d’un prêt de 150000 à 250000 FCFA sur  deux années et sera accompagné par un parrain, chef d’entreprise, partenariat mis en place avec la chambre des métiers de Kolda.

Hassana Diega Baldé du village de Temento Sonkel, bénéficiaire l’an dernier,  a pu créer et développer son élevage de poulets malgré la pandémie de COVID19 et être accompagné dans la création de son entreprise par son parrain Mamadou M Daye.

Hassana Diega Baldé du village de Temento Sonkel, bénéficiaire l’an dernier, a pu créer et développer son élevage de poulets malgré la pandémie de COVID19 et être accompagné dans la création de son entreprise par son parrain Mamadou M Daye.

Oumou Baldé du village de Sinthiang Soukel est un exemple parfait de la promotion encouragée par notre association. Il y a 5 ans cette femme a bénéficie d’une formation en alphabétisation pendant deux ans avant de se voir octroyer une bourse d’activité pour amorcer son projet économique. Puis il y a deux ans elle a crée un commerce dans son village grâce à l'accompagnement à la création d'entreprise.

Oumou Baldé (au centre) de Sinthiang Soukel,  bénéficiaire il y a deux ans d'un prêt croissance entreprise et dont l’activité s’est vite développée vient de rembourser par anticipation au mois de novembre les prêts octroyés début 2018.

Oumou Baldé (au centre) de Sinthiang Soukel, bénéficiaire il y a deux ans d'un prêt croissance entreprise et dont l’activité s’est vite développée vient de rembourser par anticipation au mois de novembre les prêts octroyés début 2018.

Voir les commentaires

Jeudi dernier a été signée une convention entre l’association Tankanto et Union des groupements féminins de la commune.

En marge de cette signature, une commission a été désignée pour faire un état de lieux des 5 carrés maraichers avec des représentants de la mairie, des Groupements fémimins et Issa de l’association Tankanto.

La réunion de jeudi dernier a assorti le versement de cette subvention pour chaque carré maraicher villageois à un entretien préalable de la parcelle par l’ensemble de la communauté villageoise, à savoir nettoyage complet de la parcelle, labourage et consolidation de la clôture si nécessaire…

 

La sécrétaire de L'union, Mariama Baldé, a signé la convention au nom de la présidente empéchée ce jour là.

La sécrétaire de L'union, Mariama Baldé, a signé la convention au nom de la présidente empéchée ce jour là.

Issa, Mariama Baldé et Rouguy N'Diaye, respectivement secrétaire et trésorière de l'union des Groupements féminins avec le réprésentant de la municipalité de Tankanto-Escale.

Issa, Mariama Baldé et Rouguy N'Diaye, respectivement secrétaire et trésorière de l'union des Groupements féminins avec le réprésentant de la municipalité de Tankanto-Escale.

La convention signée

La convention signée

Voir les commentaires

Avec René, nous avons rencontré la semaine passée Juliette MATO, Chef du service international du Conseil Départemental et son adjoint Jean Yves ESNAULT pour faire le bilan de la mise en place des carrés maraichers à Tankanto, projet soutenu par le département la Loire-Atlantique. De plus nous avons esquissé, avec eux, les pistes de poursuite de l’action pour l’an prochain.

 

Genèse du projet

En  septembre 2018 Abdoulaye SOW, maire de Tankanto-Escale a été reçu au Conseil Départemental de Loire-Atlantique epour présenter un projet en gestation sur sa commune à savoir, l’implantation à la fin de l’année 2018 de six carrés maraichers à Tankanto Escale, zones maraichères clôturées de un ha pour chacune, lieu de production individuelle en gestion collective.

Ce projet a reçu un financement pour l’investissement du P2RS (Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel), programme qui est une réponse au problème d’insécurité alimentaire présent dans cette région de Haute-Casamance au Sénégal.

L’objectif de la création de ces carrés est de permettre de produire, en quantité suffisante, des légumes variés en complément des cultures vivrières pour satisfaire les besoins alimentaires et nutritionnelles et également pouvoir écouler le surplus vers les marchés locaux assurant ainsi un complément de revenu aux familles.

En septembre 2018, rencontre avec le Service du Conseil Départemental avec le maire de Tankanto pour présenter le projet

En septembre 2018, rencontre avec le Service du Conseil Départemental avec le maire de Tankanto pour présenter le projet

Bilan intermédiaire

L’appui de notre association se situe dans l’accompagnement des utilisatrices de 4 périmètres maraichers avec la mise en place d’un programme de formations-actions en prenant appui sur l'activité d'un carré maraîcher collectif.  Concrètement,  des cours d'alphabétisation et maraîchage et des formations de "relais maraîchage" pour les autres carrés maraîchers ont été dispensés par les deux animateurs de notre association.

Un bilan positif a été fait de l’engagement des femmes et du suivi du programme de formation coordonné par l’association.

  • 30 femmes ont pu bénéficier d’une formation en alphabétisation la première année (cycle de deux ans) en poulhar dans le village de Saré-Youssouf qui possède un périmètre maraicher  dans lequel a été créé un espace pédagogique. Une assiduité de l’ensemble des femmes aux séances de formation a été observée.
  • 18 femmes « relais en maraichage » soit trois  par groupement féminin ont été formées sur les bonnes pratiques culturales et à la gestion collective du carré maraicher

Les récoltes de la campagne maraichères de l’année 2020 ont été satisfaites dans 3 carrés maraichers avec la participation moyenne de 60 femmes par périmètre. Les principales cultures emblavées ont été les suivantes : oignon, poivrons, tomates, carottes, choux, salade, piment, gombo, aubergine, patates, concombres…

En septembre 2020, dans beaucoup de périmètres maraichers, le système d’irrigation est encore défectueux,  les responsables du programme n'ayant pas finalisé tous les investissements prévus.

Malgré cela cinq carrés se préparent pour la saison maraichère qui va débuter en décembre prochain, après la saison rizicole.

La classe d’alphabétisation et la formation technique mises en place à Saré-Youssouf ont été perturbées par la pandémie de COVID de mars à juin 2020. Ces groupes auront besoin, en 2021, d’une consolidation des connaissances acquises.

Un carré maraicher en février 2020

Un carré maraicher en février 2020

Lors de cette rencontre des pistes d’actions ont été esquissées pour 2021

  • Alphabétisation :
    • Mise en place d’une 3ème année de formation pour les femmes de  Saré Youssouf afin de  finir l’accompagnement et compenser la formation réalisée partiellement la 2ème année.
  • Accompagnement des carrés maraichers :
    • Développement de la formation sur les techniques en maraichage pour des groupes de femmes ;
    • Poursuite de la formation des femmes « relais-maraichage » sur la gestion des périmètres et la planification des activités ;
    • Approfondissement de la gestion économique et financière de chaque carré maraicher avec chacun des groupements…
  • Aide au fonctionnement
    • A la demande des groupements de femmes un bon achat de semences de 50000 FCFA  sera accordé à chacun des 5 carrés maraichers, soit 380€ au total;
    • Étude de l’implantation de haies de citronniers et anacardiers pour consolider les clôtures et développer l’agroforesterie et l’arboriculture fruitière ; 
    • Étude de la mise en place d’un accompagnement à la maintenance des systèmes d’irrigation et d’appui logistique aux groupement de producteur, projet à travailler avec l’ONG FODDE de Kolda

 

René, Jean Yves Enault et Juliette Mato... masqués lors de notre rencontre du 28 octobre 2020.ne

René, Jean Yves Enault et Juliette Mato... masqués lors de notre rencontre du 28 octobre 2020.ne

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>
Haut

 

Archives

Hébergé par Overblog