Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association Tankanto

Issa, comme chaque mois, nous envoie un rapport d’activité des actions menées sur place… Ce mois-ci un point particulier a été réalisé sur la bourse d’entreprendre avec des illustrations transmises par Marie Renée et Jean qui reviennent de Casamance et qui ont fait une escale à Tankanto. Quelques extraits du rapport d’Issa…

 


 

« Les bénéficiaires

100 jeunes ont bénéficié de prêts depuis mars 2012. Les premiers respectent leur échéance de remboursement car nous avons beaucoup travaillé pour que les jeunes respectent les délais impartis.

Avec les 50 bénéficiaires de décembre 2013, nous pouvons constater à partir des données recueillies qu’il y a des résultats satisfaisants et nous devons les pousser dans cette lancée pour les mois à venir.


14-04-Jean-et-Marie-Renee02.jpg

Avec un groupe de jeunes de maraichers qui ont bénéficié de la bourse d’entreprendre.


 

Les formations mises en place

Trois formations en maraichage ont été organisées pour 57 personnes au total dont une majorité de femmes (Problématique de l’activité maraichère, moyen d’amélioration de la richesse d’un jardin maraicher, entretien d’une moto pompe)

Le programme national d’éducation de base des jeunes et des adultes a installé 5 classes d’alphabétisation dans 5 sites où nous intervenons. Ce programme a déjà démarré et nous avons sensibilisé les femmes qui ont bénéficié des bourses de s’y inscrire si elles ne sont alphabétisés en peulh.

 

  14-04-Jean-et-Marie-Renee03.jpg

Moto pompe achetée dans ce cadre, très utile surtout actuellement en saison sèche.


 

 

Suite de l’évaluation

A partir des résultats de la dernière évaluation commanditée par l’association « Tankanto Machecoul » en Octobre 2013, nous avons tiré beaucoup d’enseignements qui doivent nous guider dans notre travail de tous les jours au profit du programme.

- Anticiper sur plusieurs problèmes et apporter avec les acteurs locaux, les correctifs qu’il faut et à temps.

- D’être en contact avec les acteurs sur le terrain et échanger avec eux sur l’impact du financement de l’activité.

- Partager avec les populations sur l’impact du programme par rapport aux objectifs de départ

- Comprendre les changements sociaux, les facteurs de développement et des améliorations apportées dans leur vie etc…

 

14-04-Jean-et-Marie-Renee12.jpg Avec les pécheurs qui ont bénéficié de la bourse d’entreprendre


La moto

La moto mise à la disposition des animateurs a vraiment permis de se déplacer dans toute la communauté rurale sans grande difficulté.


 

La mise en place d’action tutorat et bilan de l’action au mois de mars 2014

Nous mesurons l’importance de la formation au profit des acteurs dans un programme. Nous avons consacré un temps à la connaissance des principaux bénéficiaires de financement pour connaitre leurs forces et leurs insuffisances.

La tenue d’un cahier d’activités nécessite pour chaque jeune une attitude, et malheureusement le bas niveau de certains ne le permet pas. Néanmoins, ils sollicitent leurs proches pour remplir leur cahier. Parmi les bénéficiaires, il y a ceux qui sont allés jusqu’en classe de terminale, d’autres se sont arrêtés en classe de 3e et certains pour la plus part en classe de CM2. Plusieurs d’entre eux ont l’alphabétisation en langue peulh, mais aussi en arabe.

Chaque contact avec les populations et les bénéficiaires du projet est source d’échanges fructueux. Le transfert de compétence peut se faire directement sur le terrain durant les tournées de suivis ou dans une classe ou sous un arbre dans le village. Pour aller plus loin, notre envie est de mieux connaitre la motivation de tous ceux qui sollicite un financement et aussi quelle formation ils ont acquise.

Le constat que nous avions fait aussi montre que beaucoup de jeunes ont une compétence avérée en technique maraichère, car ils ont fréquenté les zones de productions du nord Sénégal telle que les « niayes » et la vallée du fleuve Sénégal. Certains ont eu une formation en élevage grâce à L’ONG « Agronome Vétérinaire sans frontière » basée à Kolda. Il y a aussi des boulangers qui sont bien formés pour la production du pain artisanal.

Comme vous le voyez donc, nous devons garder nos capacités de tuteur technique et pédagogique et les mettre au service des jeunes sans négliger les leurs.

Enfin, c’est en construisant un dialogue sincère avec les populations que nous pouvons maintenir un climat de confiance et de compréhension mutuelle pour la bonne réussite de la mission qui nous est assignée. Nul n’a le monopole de la connaissance et nous allons nous ouvrir aux autres intervenants pour nous aider à mieux parfaire notre travail ».

 

14-04-Jean-et-Marie-Renee05.jpg

Rigobert, chauffeur, Mamadou, animateur de l’association, Marie Renée, Jean et Issa, le coordinateur de l’association.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

 

Hébergé par Overblog