Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association Tankanto

Denis nous a envoyé un petit mot pour nous faire part des aventures  de la première partie de la mission avec pas mal d'embûches les 2 premiers jours...

 


 

« Après un vol sans encombre et une courte nuit à Cauris, nous nous sommes levés vers 5H00 pour le petit déjeuner et un départ vers Kolda à 6h35, avec notre Chauffeur AMIN (mécanicien de Cauris !). La voiture qui avait été normalement révisée, nous a donné 5 à 10 minutes de climatisation, le chauffeur disant qu'il perdait trop de puissance moteur... cela a chauffé dur.Un premier bruit bizarre a motivé un arrêt d'urgence. Les passages répétitifs dans les trous avaient déplacés les circuits hydrauliques de la direction assistée qui frottaient sur l'hélice du ventilateur. Après réparation à la Sénégalaise, nous sommes repartis.

 

Arrivé à Tambacoumda vers 15H35, nous avions fait 505 km, et le plein d'essence s'imposait (jauge de gasoil cassée). Après un petit repos en buvant un coca à coté de la station, nous repartons, vers Kolda. A peine 15 km de fait,  il est 16H,  et c'est la grosse panique : arrêt immédiat et le moteur qui commence à fumer. Vite le chauffeur enlève la batterie et nous constatons les dégâts : plein d'huile de projetée sous le capot, ce qui est mauvais signe. 

 

Après une longue attente pour un remorquage négocié à un tarif de 12500 FCFA (19€ environ) nous repartons pour Tambacoumda à 17H30 pour arriver au garage à 17H45.Très vite une équipe s'affère autour de la voiture (5 à 6 personnes, et diagnostique une durite à changer. Mais la durite changée on en arrive très vite à un joint de culasse à changer. Dans 3 heures vous repartez nous assure t'on, mais je n'y crois guerre. Très vite la culasse est à terre, mais tout traîne en longueur.

 

Nous envisageons un instant repartir avec un autre véhicule, mais la nuit vient vite et il reste encore 4 heures de route. Décision est prise d'aller à l'hôtel et de repartir le lendemain avec un taxi. Il nous faut laisser de l'argent au chauffeur car il n'a rien, et l'hypothèse est qu'il nous rejoigne après réparation à Kolda. Il est prévu qu'il nous accompagne tous les jours pour les transferts Kolda Tankanto. Les comptes seront régularisés à Dakar avec Chantal à notre retour.

 

 

Après une bonne nuit dans un hôtel, le 18 février le matin, nous négocions un voyage Tambacoumda pour Kolda, avec un départ à 8h35. La fin du trajet se fera bien dans un véhicule assez confortable à l'africaine, qui ressemble fort à un corbillard avec ses rideaux noirs tendus sur les vitres à l'arrière.

 

                              Nous arrivons enfin vers 12HOO à Kolda, aux 6 Jarres.

 

 

 Le reste de la journée sera consacré à caller le programme avec Issa et à commencer le travail :

 

- Rencontre de PISCO l'artiste pour passer la commande d'illustration du livret de fabrication de savon.

- Achat d'huile et autres produits pour la fabrication de savon,

- et le soir chez Issa premiers essais (sans farine) pour du savon à base d'huile de palme.

Nous avons confirmation que sur les 1700 savons déjà fabriqués, le travail se fait à perte. Le défi à relever sera de corriger cela. Nos premiers essais portent le savon à 50.67 FCFA pour 100 g alors que les femmes le vendent 50 FCFA l'unité. La fin de soirée sera consacrée à élaborer des hypothèses pour réduire encore le coût : rajouter de la cire d'abeille, rajouter du miel.... .

 

 

 

Après une bonne nuit de sommeil et le petit déjeuner, nous partons avec la voiture d'Abdou, vers Tankanto, avec un arrêt chez Issa pour démouler avec succès les premiers savons réalisés la veille."

A suivre


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

 

Hébergé par Overblog