Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'association

Depuis plus de dix ans, l’association TANKANTO, composé d’une vingtaine de bénévoles des Pays de la Loire, soutient les projets de développement la communauté villageoise de Tankanto Escale au Sénégal. Nous avons travaillé ensemble sur de nombreux projets, programme d’alphabétisation, développement de jardins maraîchers pour les femmes, création d’une pépinière villageoise, amélioration des techniques apicoles, rénovation de la miellerie, mise en place d’un jardin potager à l’école primaire, réhabilitation du dispensaire, création d’une savonnerie artisanale…
L’ensemble de ces réalisations a donné lieu à de nombreux échanges en France et au Sénégal qui nous ont permis de nous enrichir mutuellement.    

Recherche

Situation de Tankanto

Tankanto Escale se trouve au sud du Sénégal en Haute Casamance à proximité de Kolda.
carte-casamance.JPG 

Léopold Sédar Senghor

Que survienne le voyageur porteur d’autres connaissances, d’autres expériences, ayant sur le monde visible ou invisible d’autres conceptions, d’autres avis, d’autres options, et voici que s’engage peut être le dialogue, que s’amorce une découverte mutuelle où le riche n’est pas nécessairement l’étranger, mais où les deux faces de la curiosité se rencontrent non pour un défi, mais pour un complément".

 

Catégories

5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 14:39

Issa Mané nous a envoyé un rapport d’étape concernant les projets en cours avant le départ prochain de la délégation le 16 février prochain.  


Le poste de santé

"L’infirmière nouvellement affectée à Tankanto est très sollicitée. Avec les moyens roulants mis à la disposition de la structure sanitaire locale, les relais communautaires sillonnent la zone pour sensibiliser et participer aux séances de vaccination. Avec l’arrivée des infirmiers de l’association Tankanto Machecoul des échanges seront possibles au poste de santé."

 


 

Le point sur le jardin de l’école de Tankanto escale

"Tous les acteurs se sont investis dans la  recherche de 100 piquets en bois durs pour empêcher les animaux de forcer la clôture. Pendant les jours ouvrables, les élèves sont mis à contribution. Durant les jours non ouvrables, les autres acteurs se mobilisent. Sur ce point il faut louer l’engagement de M Alassane Diaw, vice président du conseil rural, l’une des présidente du groupement féminin, du directeur de l’école et son adjoint Sagna...  

Les élèves des différents niveaux se relaient dans l’apprentissage des techniques maraîchères. Ce sont des cultures de tomates, oignons, carotte, gombo, oseille et de la salade qui ont été mises en place. Le radis est déjà récolté est mis en vente sur le marché de kolda car il n’est pas connu par les populations de la zone. Toutes les autres cultures sont déjà récoltées aussi depuis janvier et leur culture va reprendre.

 

 Les haricots et les concombres ont reçu des attaques. Nous avons voulu privilégier la lutte sans produits nocifs dangereux pour la santé des enfants. Des engrais chimiques ne sont pas utilisés, seulement des déchets organiques sont recherchés par les élèves et leurs maîtres en application de l’agriculture biologique. La cantine scolaire est servie par les récoltes issues du jardin. Nous pensons que cette dynamique qui a prévalu va se pérenniser pendant les périodes de grandes vacances… "

 


 

 

 Teinturerie à l’école primaire

"Le directeur de l’école a organisé des séances de teinture avec l’appui d’un technicien local. Les élèves y prennent part. D’ailleurs les premières tenues issues de cette activité sont observées à l’école. Plus de 100m de tissu ont été teints pour la circonstance. C ’est le travail du tailleur qui est lent."

 


 

 

 La fabrication de savons

Il y a eu de décembre 2006 à janvier 2007, huit journées de préparation de savon au centre. Les femmes formées viennent en un seul groupe de travail une fois par semaine. Pour elles c’est une façon d’échanger et de privilégier l’esprit de groupe. De nouvelles déléguées de villages sont venues se joindre aux anciennes. La réussite de la formation du mois de novembre 2006 avec les techniciens de l’association est révélatrice. 

Les responsables désignées gèrent corectement tous les moyens. Les journées de préparation drainent beaucoup de femmes vers le centre, à la recherche du savon très apprécié par les clients. Celui-ci est reconnu de bonne qualité, surtout grâce à l’utilisation de la citronnelle…  

Actuellement l’huile de palme  est très chère et coûte 800 F CFA   le litre. Les femmes réfléchissent à des alternatives car le travail doit continuer au bénéfice des populations".


 

"En faisant la sommation de toutes les dépenses on passe à coté au niveau des résultats économiques. Mais les bénéfices sociaux sont énormes. Il s’agit aussi d’appuyer les femmes qui jouent un rôle déterminant dans tous les secteurs pour le bien être et la santé des familles… " 

 

 

 

 

 

Bilan quantitatif de l’action

 

 

 

 

 

   


  La banque de micro crédit

 

"17 femmes ont pu bénéficier d’un crédit de 5000 F CFA. Dimanche prochain 11 février elles doivent toutes rembourser la somme donnée avec les intérêts (1% par mois) soit  5100 F CFA chacune. Des prêts à nouveau pourront être contractés à cette occasion."

 

 

 

"La dynamique avec les femmes marche à plein car l’association féminine de la MFR a connu depuis 2 mois 70 adhésions nouvelles." 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Damien 11/02/2007 11:02

Bonjour à tous du Vietnam où je termine une mission.
Encore félicitation pour ce blog très vivant qui me permet de suivre les avancées de vos activités.
Bonne mission
Damien